Osez vos émotions – partie 1

Écrit par:

 

colere-enfantVoilà ! La madame est inscrite à une fin de semaine intensive sur les émotions. Fin de semaine comme dans « toute-toute-toute-la-fin-de-semaine-sans-enfants-sans-ménage-sans-souper-à-préparer », et intensive comme dans « je-vais-sûrement-brailler-ma-vie-alors-aussi-bien-pas-trop-ambitionner-sur-le-mascara ».

Un genre de grand ménage émotionnel du printemps. Bon. Personnellement, je crois que la maison aurait beaucoup plus besoin d’un grand ménage que la maitresse de maison, mais j’imagine qu’on est un peu comme des vieilles maisons justement. Quand on ouvre les murs, on ne sait pas trop sur quoi on peut tomber… Il y a peut-être, enfouis en moi, des relents de colère ou de culpabilité insoupçonnés, juste à côté des dictionnaires et des chapeaux. Des dictionnaires et des chapeaux, c’est ça que j’ai trouvé quand j’ai ouvert les murs de ma maison! Imaginez ce que je peux trouver dans mes murs à moi !

Mais revenons à nos moutons. Ou plutôt à nos émotions. Ce n’est pas tous les jours qu’on va consacrer autant de temps et d’énergie pour débarrasser le plancher de nos émotions désagréables. En fait, si j’ai bien compris le concept de l’atelier Osez vos émotions – parce que c’est comme ça qu’ils appellent ça – l’idée, ce n’est pas de nous débarrasser de nos émotions désagréables, parce que malgré les apparences, la honte, la colère et la culpabilité peuvent nous être utiles. L’idée, c’est plutôt de nous permettre de les vivre, et pour nous aider à le faire, ils se servent de la force du groupe et de l’empathie. Parce que vivre nos émotions, ça, on est mauvais là-dedans. Et le « on » inclut particulièrement la personne qui parle ! Passée maître dans l’art de ne pas exprimer ses émotions, la madame!

Vivre ses émotions

Vivre sa tristesse, vivre sa colère, vivre sa honte. Ouf ! Tout un défi ! Surtout quand on a été habitués aux « Pleure pas ! » et aux « Choque-toi pas ! » On le sait qu’il ne faut pas dire à un enfant de ne pas pleurer, mais si vous avez de jeunes enfants, faites l’exercice de compter le nombre de fois que vous lui dites de ne pas pleurer dans une journée, même si c’est sur un ton doux, même si c’est parce qu’il pleure vraiment tout le temps, même si même si même si… Probablement trop souvent.

Pourtant, avant d’être censuré et d’être contraint de ne pas exprimer ses émotions partout et en tout temps, l’enfant le fait de façon tout à fait naturelle. Parce que s’il y a bien une chose qui est naturelle, ce sont bien les émotions.

En fait, les émotions, surtout les plus désagréables, sont quelque sorte un équipement de sécurité ultrasophistiqué haute performance qui assure notre survie et qui assure la survie de l’espèce depuis la nuit des temps. Ça se glisse bien dans une conversation, vous ne trouvez pas?

-J’ai acheté le cinéma maison dernier cri : sans fil, Blue-Ray, DVD, 3D, haut parleurs incrustés (je dis n’importe quoi, je n’ai aucune idée ce que ça comprend, un cinéma maison!)

-Ah! Oui? Moi, j’ai le dernier modèle d’auto électrique avec la caméra arrière, le Bluetooth et les porte-verres chromés (encore n’importe quoi!).

-Cool! Moi, j’ai un système ultrasophistiqué haute performance, mais comme ça vient sur tous les modèles de base, vous devez l’avoir vous aussi. Ça s’appelle les émotions.

Les émotions nous indiquent que quelque chose ne va pas. Ça, on s’en doutait. Mais plus précisément, ça nous indique qu’un de nos besoins n’est pas comblé. La pyramide de Maslow, vous vous en souvenez? Lorsqu’une émotion désagréable vous assaille, c’est probablement qu’un étage de votre pyramide est touché!

Des murs remplis de chapeaux en guise d’isolation, des pyramides endommagées… J’ai le sentiment de me trouver dans une chronique immobilière plus que dans un article sur les émotions, mais avouez que le parallèle est facile à faire.

Les sentiments et les émotions

Et parlant de sentiments, la différence entre une émotion et un sentiment, la connaissez-vous? Bon, là je ne suis pas en train de vous raconter une blague! Connaissez-vous la différence entre de la visite et je ne sais trop quoi… Non, non! Je suis sérieuse. Plusieurs personnes mêlent les émotions et les sentiments, et pourtant ce n’est pas la même chose.

Une émotion, ça nous assaille d’un coup, sans s’annoncer. Tiens, un peu comme de la visite finalement! Heureusement, c’est habituellement de courte durée (et là je ne parle pas de la visite, je parle de l’émotion! J’adore la visite!)

Les sentiments sont plus comme de la visite qui arrive avec ses valises et qui vous annonce qu’elle s’en vient rester chez vous. C’est un état affectif qui est là longtemps et qui évolue.

L’amour par exemple, c’est un sentiment. Habituellement, on n’aime pas une personne 5 minutes. On l’aime longtemps, on peut même l’aimer toute notre vie. Et notre amour, il évolue. Si ça fait 25, 30 ou 40 ans que vous êtes mariés, vous aimez encore votre femme ou votre mari, mais vous ne l’aimez peut-être pas exactement de la même façon que vous l’aimiez à vous tout débuts. Votre amour a évolué.

Un sentiment, ça dure donc généralement longtemps, tandis qu’une émotion, c’est soudain. La joie, par exemple. Vous êtes envahi de joie, vous le sentez! Ça paraît dans votre visage, ça paraît dans votre corps, vous vous sentez bien, vous êtes positifs, vous avez envie de conquérir le monde… Mais vous ne pouvez pas passer 40 ans dans cet état-là! Ça dure quelques minutes, quelques heures et ça passe. C’est ça, les émotions. Mais une chance, parce que la tristesse, la colère, la honte et la peur, ce sont aussi des émotions. On n’aurait pas envie d’être pris avec ça pendant 40 ans! On est bien contents quand elles nous lâchent…

C’est donc la fin de semaine du 5-6-7 mai prochains que je ferai mon grand ménage émotionnel. Joignez-vous à moi si vous avez envie de vivre une expérience hors du commun vous aussi. Aucune idée si cette expérience sera l’une des meilleures ou des pires de ma vie, mais promis, je vous en reparle. Avec authenticité, honnêteté et probablement du mascara sur le visage au grand complet !

Et pour le ménage de la maison, il aura probablement lieu la fin de semaine suivante, alors ne vous gênez pas non plus pour passer faire votre tour si ça vous dit. La force du groupe, ne l’oubliez pas… La force du groupe!

Mélanie Marion

Rédactrice chez Saut Quantique

0

Add a Comment